Prévoyance, assurance de prêt, épargne

Organisme spécialisé dans la Prévoyance et l'Assurance de Prêt

Les jeunes maîtrisent mal le mécanisme de l’assurance emprunteur

Selon une récente étude réalisée par Ifop auprès des 18-35 ans sur le marché immobilier, de nombreux jeunes emprunteurs connaissent très mal l’assurance emprunteur.

Les primo-accédants mal informés sur l’assurance emprunteur

Selon les résultats d’une étude Ifop commandée par la compagnie d’assurance April, les jeunes pensent que l’assurance d’un crédit immobilier n’est pas obligatoire.

Cependant, ils savent qu’il est possible d’opter pour un autre contrat d’assurance-crédit, mais ils ne franchiront pas le pas, car ils pensent que cette alternative (délégation) peut être refusée par l’établissement prêteur.

En fait, ils sont près de 40 % à penser que l’établissement prêteur peut refuser un autre contrat et qu’il a le droit de le refuser.

Alors qu’en réalité, les banques et les établissements de crédit sont obligés d’accepter une délégation si les garanties sont équivalentes.

De plus, à partir du 1er mai 2015, les prêteurs doivent justifier leurs refus de délégation en listant les garanties exigées sur une fiche d’information standardisée (fis).

Certains primo-accédants pensent que l’assurance emprunteur est facultative

Selon Ifop, seuls 30 % des primo-accédant pensent que l’assurance emprunteur n’est pas obligatoire. Mais il faut savoir que ce facteur important de projet immobilier n’est obligatoire que si le prêteur l’exige et c’est le cas dans la plupart des offres de crédit immobilier.

De ce fait, cette couverture devient un critère indispensable que l’emprunteur ne peut pas refuser. Cependant, ce dernier dispose de deux possibilités pour garantir son financement.

Soit, il accepte l’offre tendue par le prêteur (le contrat de groupe) soit il lui apporte un autre contrat avec des garanties équivalentes (la délégation d’assurance).

A savoir que dans certains cas, les cotisations du contrat de groupe sont basées sur le capital emprunté et celles des assureurs externes sont basées sur le capital restant dû.

7 jeunes sur 10 évaluent mal son coût

70, c’est le pourcentage des primo-accédants qui ne savent pas calculer ou évaluer le coût d’une assurance-crédit. Seuls 22 % semblent peser ce coût sur le crédit immobilier.

Par ailleurs, il faut savoir que l’assurance de crédit pèse de plus en plus lourd sur un prêt immobilier.

A ce jour, cette couverture peut représenter jusqu’à 25 % du coût total d’un emprunt immobilier de 200 000 euros souscrit au taux d’emprunt de 2,7 % sur 20 ans.

A titre de comparaison, le coût relatif de l’assurance emprunteur pour le même montant et sur la même durée représentait 14,5 % en juin 2012 avec un taux d’intérêt de 4,30 %.

Source : April

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Ok